dimanche 19 juin 2016

Le bilan de l'année : des chiffres et de l'émotion.


J'avais décidé, cette année encore, d'en faire moins. De m'accorder plus de temps pour l'écriture (que je concentre le plus souvent entre fin juin et décembre). De dire plus facilement "non", éviter d'enchaîner les salons toutes les semaines. 
Et puis, il y a eu La Drôle d'évasion, (18 sélections), Quelqu'un qu'on aime (9 sélections), Il était deux fois dans l'ouest (10 sélections), Huit saisons et des poussières aux Incos... des invitations qui venaient de partout, enthousiastes et sincères. Alors, j'ai dit oui, pas toujours, mais presque. 

Pour le dernier déplacement en province, Jérôme m'a dit en me déposant devant notre petite gare de banlieue ouest (que nous quittons bientôt) : "T'as déjà fait le compte ? De tes voyages, des kilomètres parcourus, des nuits d'hôtel, des classes rencontrées ?".
Non, je n'avais jamais pensé à chiffrer tout ça, puisqu'on le sait bien, tout n'est qu'affaire de sourire, d'émotion brute, de partage et de chaleur humaine. 

L'idée a fait son chemin, et j'ai commencé à faire des listes, des comptes, calculette en main. J'ai trouvé ça drôle, un poil vertigineux, entre nostalgie (ben, oui, j'adore ça) et soulagement (quand même, c'est fini pour quelques mois et c'est bon de rester chez soi, aussi).

Alors, voici un bilan chiffré de neuf mois dans la vie d'une auteure jeunesse, entre octobre et juin 2016. 

Nombre de salons : 14
Nombre de salons où j'ai retrouvé mes deux amies, Sandrine et Anne-Gaëlle : 1
Nombre de déplacements en province : 19
Nombre de déplacements en région parisienne : 24
Nombre de kilomètres parcourus en voiture pour  des rencontres : 2582
Nombre de kilomètres parcourus en train : 10 524
Nombre de salons ou projets annulés (attentats / grèves / intempéries) : 4
Nombre de nuits d'hôtel : 32
Nombre de nuits d'hôtel horribles pour cause de matelas défoncé : 2
Nombre de nuits d'hôtel horribles pour cause d'étudiants qui font la fête le jeudi soir : 1
Nombre de nuits d'hôtel horribles pour cause de voisine à la sexualité bruyante : 1
Nombre de nuits d'hôtel horribles pour cause de voie ferrée très proche : 2
Nombre de poils de l'occupant précédent retrouvé dans la douche de la chambre d'hôtel : 1
Nombre de croissants proposés au petit-déjeuner : 32
Nombre de croissants avalés : 1 (yes !)
Nombre de fois où on nous a dit "Y'a vraiment que la table des auteurs et les illustrateurs pour nous demander de couper BFM TV au petit déjeuner !" : 1
Nombre de trains pris à 5h24, en gare de La Verrière : 3
Nombre de prix gagnés : 12
Nombre de chèques reçus pour un prix gagné : 2
Nombre de sélections : 45
Nombre d'articles parus sur QUELQU'UN QU'ON AIME : 156 (et je ne m'en lasse pas, émotion à chaque fois)
Nombre de T dans l'article de Michel Abescat (Télérama) à propos de  Quelqu'un qu'on aime : 3
Nombre de bonds faits dans mon salon quand j'ai lu cet article : 5 ou 6 (associés à des petits cris de fouine)
Nombre de romans parus : 3
Nombre d'albums parus : 5
Nombre de romans premières lectures  parus : 3
Nombre de BD adulte parue : 1
Nombre de conte paru : 1
Nombre de texte en presse : 1
Nombre de méthode de lecture co-écrite : 1
Nombre de livres écrits dans le train / à l'hôtel : 0
Nombre de livres écrits à la maison : 6
Nombre d'ateliers d'écriture ponctuels : 3
Nombre d'ateliers d'écriture sur plusieurs mois : 3
Nombre de classes rencontrées : 133
Nombre de classes rencontrées qui avaient préparé la rencontre avec enthousiasme : 128
Nombre de rencontres "skype" : 8
Nombre de classes qui n'avaient lu aucun livre : 1
Nombre de classes qui avaient lu un livre mais à qui l'enseignante n'avait même pas dit que je venais : 2
Nombre de fois où la maîtresse m'a dit :"On n'a rien pu préparer, c'est la fête des mères !" : 1
Nombre de fois où j'ai failli partir : 1
Nombre de classes où j'ai pleuré d'émotion à cause de surprises préparées, écrites, offertes pour la rencontre : 4 (de vraies larmes qui coulent)
Nombre de classes où j'ai pleuré à cause d'une question qui me retourne : 2
Nombre de classes où on a bien rigolé : 129
Nombre de classes où l'enseignante a corrigé ses fichiers de maths pendant l'échange : 1
Nombre de classes où j'ai fait comprendre à l'enseignante qu'il fallait qu'elle arrête ça tout de suite : 1
Nombre de fois où on m'a dit : "Ah bon ? Vous êtes payée pour venir rencontrer vos lecteurs ? Je vais voir ce que je peux faire mais je ne vous promets rien. C'est la première fois qu'un auteur me demande ça." : 1
Nombre de fois où un enfant m'a donné une idée que je vais utiliser dans un livre : 1 (coucou Lawry !)
Nombre de fois où un élève m'a dit que j'avais "grandi" depuis la photo du programme : 1
Nombre de fois où un élève m'a dit que j'avais "vieilli un peu" depuis la photo du programme : 1
Nombre de fois où un élève m'a demandé pourquoi j'avais les "cheveux plus jaunes avant" : 1
Nombre de fois où un élève m'a demandé mon "06" : 2
Nombre de fois où un conseiller pédagogique m'a demandé mon "06" : 1
Nombre de fois où on m'a demandé pourquoi il y a des gros mots dans mes livres : une dizaine, à vue de  nez.
Nombre de fois où je suis tombée dans une flaque d'eau dans la cour de l'école : 1
Nombre de fois où j'ai fait tomber mon sac par terre et que ma trousse de toilette s'est répandue en classe : 1
Nombre de fois où l'enseignante a (discrètement) ramassé le tampon qui avait roulé sous la table d'un élève : 1 

Nombre de fois où on m'a refusé un café en salle des maîtres "chacun apporte ses propres capsules, pensez-y la prochaine fois !" : 1 
Nombre de fois où on m'a accueillie avec le sourire, un café, un thé, et même des petits gâteaux : presque toutes les autres fois.
Nombre de fois, où une élève a vraiment pensé que je me faisais payer en "petits morceaux de fromage" par mes éditeurs, après lui avoir expliqué le partage du prix du livre à l'aide d'un camembert dessiné au tableau : 1
Nombre de fois où un enfant m'a dit : "Ton roman, c'est le premier livre qu'on a à la maison" : 1



Je ne compte pas les fois où ...
-J'entends : "Ce livre-là, c'est le tout premier que mon fils / ma fille a aimé !" 
-On me raconte qu'un de mes livres a de l'importance dans une famille, qu'une phrase est devenue une phrase "à eux", que ce livre est devenu le leur. 
-Les enfants veulent une signature sur leur bras ou leurs mains
-Un(e) enseignant(e) / un(e) documentaliste / un(e) médiathécaire verse une petite larme pendant la rencontre (j'ai sans doute les larmes aux yeux aussi)
-Le livre d'un de mes collègues m'épate, me fait rire, me bouleverse. 
-J'ai l'impression d'être en colo lors d'un salon
-Retrouver des copains auteurs, illustrateurs m'a redonné le sourire après les attentats.
-Les écrits des enfants m'ont surprise, remise d'aplomb, guidée.
-Je ne voulais plus repartir tellement c'était bien d'être là, à parler des livres et de la force que ça donne.
-J'ai été épatée de voir le travail que font les libraires, les documentalistes, les enseignants, les médiathécaires, les bénévoles lors des salons...
-Je me suis dit que cet éditeur-là, cette éditrice-là, j'avais de la chance de l'avoir à mes côtés. 
-Je reçois, parfois longtemps après la rencontre en classe, des cartes, des dessins, des productions d'écrits dans ma boîte aux lettres... des mails, des messages privés, des commentaires sur mon blog.
-Je réalise à quel point rencontrer des classes, des lecteurs, donne, tout simplement, du sens à ce que je fais. 


Pour cette année, c'est presque fini. Il reste quelques rencontres skype, une restitution d'ateliers (à Trappes) et une remise de prix (à Jouy-en-Josas).

C'était une année dense, riche, étonnante, incroyable. 
Je suis fatiguée, ah oui, épuisée même. 
J'ai un peu de retard, deux romans à rendre (un à la fin de l'été, l'autre fin octobre), de belles nouvelles à annoncer pour des parutions à venir, des projets, une expérience vraiment nouvelle qui s'offre à moi... 
Je suis heureuse que ça se termine, soulagée.

Mais déjà, je sais qu'après des mois d'écriture,  reviendra l'envie de repartir, de reprendre le train, d'entrer dans une classe, de voir les sourires, d'écouter, de rire ensemble, d'échanger, de lire à haute voix, de répondre à mille questions, d'accepter un café, de refuser le croissant, de découvrir les livres des collègues dans le train du retour, de dormir dans des chambres d'hôtel un peu loin de chez moi. Parce que même quand le matelas est mauvais, les rêves sont doux. 


MERCI. 



























29 commentaires:

  1. Nombre de fois où j'ai rencontré Séverine Vidal : 2.
    Nombre de fois où je l'ai rencontrée et qu'elle m'a fait un beau sourire qui fait chaud au cœur : 2.

    RépondreSupprimer
  2. A ce niveau-là, ton compte n'est plus bon il est extraordinaire !

    RépondreSupprimer
  3. eh bé ! : wouah !! (et penses au capsules de café quand-même, c'est vrai quoi, tu te crois où ?)

    RépondreSupprimer
  4. Combien de fois je me suis sentie visée dans cet article : 2
    Combien de fois j'ai aimé me sentir visée: 2

    RépondreSupprimer
  5. Devoreuse d'evreuxdimanche, 19 juin, 2016

    C"était trop bien quand vous êtes venu, et nous ont vous avait fais pleuré des larmes aux yeux

    RépondreSupprimer
  6. C est vraiment extraordinaire !
    C est amusant de te lire !
    Bravo Severine !

    RépondreSupprimer
  7. Nombre de fois où je pleure en lisant ton blog : incalculable !
    Sacrée bounetouffe, va ! ♥

    RépondreSupprimer
  8. ohhhhh le beau post !
    dis, tu reviens quand ?
    Les enfants ne font plus qu'écrire "des récites de vie", des "tautogrammes comme elle a dit Séverinevidal", des "je me souviens" et des planches de BD !

    RépondreSupprimer
  9. Laetitia Grangetdimanche, 19 juin, 2016

    Queluqu'un qu'on aime est un livre important pour moi, de ceux qui restent, qu'on aime prêter; merci d'avoir inventé Gary.

    RépondreSupprimer
  10. Nombre de fois où j'ai relu la phrase sur le tampon pour bien bien la saisir : 3
    (et combien de minutes j'ai mis à arrêter de rigoler quand j'ai compris : 10)

    Marie

    RépondreSupprimer
  11. Zut zut zut y'en a encore une qui m'a devancée et sur le même thème pfiouuuuu!
    Je voulais dire aussi (alors j'le dis quand même) : "Nombre de fois où j'ai les yeux mouillés en lisant ton blog, tes livres : toutes ! "
    Allez, profite bien de la vie, des vacances, tout ça.... et refais nous pleurer dès la rentrée ❤

    RépondreSupprimer
  12. C'est juste waouh!
    Nombre de fois où j'achète un livre de Séverine Vidal en librairie: chaque fois qu'il y en a un nouveau de sorti et que je n'ai pas encore :)

    RépondreSupprimer
  13. Eh bien, quel parcours! Je comprends que tu veuilles souffler un peu.

    RépondreSupprimer
  14. excellent !!! le tampon sous la table :-D
    je suis contente d'avoir été dans 1 salon sur les 14 que tu as fait :-D
    Continue de compter !

    RépondreSupprimer
  15. J'ai adoré ta liste.... et il y a de grands moments ! Bravo pour ton enthousiasme et belles vies à tes projets!!!
    Tiens! Je vais même en faire une idée d'écriture à la rentrée...

    RépondreSupprimer