lundi 24 septembre 2012

Une histoire de style

Prune cherche son style (illustrations Kris Di Giacomo, Editions Frimousse) : voilà le concours pour gagner un exemplaire dédicacé ...





Allez, c'est parti !
ça va être à vous de jouer ... comme d'habitude (j'adore vous faire écrire, on se régale à chaque fois) !

Dans ce tome 4, Prune décide que cette petite robe rouge à pois blancs qui la suit partout depuis la maternelle, ça suffit ! Elle veut changer de style et en prime ... avoir une tribu habillée comme elle.

Pour jouer, il vous suffit de me raconter (dans les commentaires de ce post) une histoire de fringue : un vêtement qui vous est cher, une anecdote sur vos années d'ado (vous aviez peut-être un style dingue, non ?) ou un trèès grave traumatisme lié aux habits qu'on vous faisait porter (sous-pull qui pique, jupe moutarde...).
Et si vous avez des photos, envoyez-les moi, ça peut être drôle !
Moi, j'ai trouvé ça : je détestais ce bonnet de ski (rayures jaune et orange), maintentant, j'avoue, je le trouve plutôt chouette. Comme quoi ...

A vous !
(tirage au sort le 1er octobre)





152 commentaires:

  1. Moi j'avais un haut à cerises Pimkie. Il était juste trop beau et j'avais l'impression que c'était le truc le plus classe du monde. C'était un dos nu avec des fils dans le dos qui s'entrecroisaient. Je l'ai porté 2 ans, de 13 à 15 ans, puis remisé au placard... et des années plus tard je l'ai trouvé et j'ai eu des sueurs froides en me disant que OUI, je l'avais porté en PUBLIC.

    Pas de photos (mal)heureusement...

    Hourra pour Prunes! les Prunes comptent pas pour des... euh...

    RépondreSupprimer
  2. j'ai craqué à 15 ans pour un perfecto A FRANGES oui. J'ai promis a ma maman que si elle me l'offrait je le porterais jusqu'à 99 ans. J'ai tenu jusqu'à 23. Mais il est toujours là.Il fait un peu la gueule parce que je ne le sort plus jamais.
    j'évite de trop souvent le croiser, il me traite de dégonflée.

    RépondreSupprimer
  3. JE suis la plus grande traumatisée des fringues !!!
    Ma mère pour mon premier cours de danse classique m'a obligée à porter un kilt rouge. J'ai passé une heure, devant un mur entièrement recouvert de miroir, à être une immonde tache rouge à carreaux, au milieu de si jolies petites filles vêtues de tulle rose...
    ARGH ! J'en frémis encore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle horreur hahahaha ma pauvre

      Supprimer
    2. Aaaaaaaaaaah l'histoire du kilt ! Je l'attendais celle-là :-)))))
      Mais vous aurez bien noté aujourd'hui les nombreuses robes ROUGES hahaha

      Supprimer
    3. Je compatis, que je compatis! :(

      Supprimer
  4. ha ha vive ce concours qui nous offre une belle photo d'anthologie ^^
    Alors, mon anecdote fringue à moi, c'est l'achat par ma mère d'un faux manteau de fourrure bleu foncé... je devais avoir 6 ans... moi j'étais pantalons, pull informes, grosses godasses et je ne jouais qu'avec des mecs. Donc le superbe manteau de fourrure hors de prix (d'une marque improbable comme on en trouve dans les villes de bourgeoisie provinciale) est devenu en quelques jours... le manteau de Davy Crocket qui m'a bien servi, accompagné de mes moufles en peau et de la carabine à plomb (sans plomb) offerte par un vieux voisin :-D Je suis allée jouer dans le parc avec, c'était trop bien.
    Autant vous dire que ma mère n'a jamais réitéré l'expérience.

    RépondreSupprimer
  5. Quand j'étais enfant, ma mère nous fabriquait nos vêtements (coupés, taillés, cousus à la main, ou avec sa machine à coudre, c'était... y'a longtemps...) car nous étions nombreux et y'avait pas beaucoup d'argent à la maison. Elle achetait donc des pièces de tissu très grandes (plus économique évidemment). J'étais l'aînée de 4 soeurs, et elle nous faisait donc la MÊME robe aux 4 .
    Quand elle nous emmenait avec elle, toutes les 4 dans notre petite robe rose à fleur et à frous-frous, tout le monde nous regardait ! Je n'aimais pas ça du tout! Je trouvais la robe très jolie quand même, mais j'aurais bien voulu être un modèle unique...
    P.S. et on se demande - ou pas - pourquoi j'ai voulu une fille unique :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et oui elle est unique ta fille :-)

      Supprimer
    2. Ôôôôôôh .... (dit la mère toute fière, rose et rougissante)

      Supprimer
  6. - beuk
    - quoi beurk, il est beau ce pantalon!
    - nan!
    - mais si mais si!
    - non
    là la vendeuse s'en mêle:
    - alors il te plaît?
    - NON!
    - tu veux çui là ou çui là?
    - oula adressez-vous à ma mère j'suis pas concernée par mes fringues. Elle veut m'acheter des machins que je porterai pas.
    La beigne est passée tout près, mais n'est pas tombée.
    Après j'ai été plutôt tranquille.
    J'avais , quoi...13 ans?

    RépondreSupprimer
  7. petite j'avais un t-shirt-robe d'été, en jersey avec une indienne dessinée devant et des franges en bas et aux manches...et j'étais pas la seule ! cet été là (j'avais ..8 ans ? ) on a été nombreuses (très ! ) à la colo à avoir quasi la même (les pauvres mono ça les aidait vraiment pas !)

    (qui a eu la même ?? lol )

    merci pour le concours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, j'avais eu les mocassins assortis je pense ! avec l'indienne en perles cousues !

      Supprimer
    2. oui j'ai eu la même chose
      j'avais oublié :)

      Supprimer
  8. Moi je garde un super mauvais souvenir des sous-pulls en synthétique avec des couleurs horribles..quand on les enlevait, ça envoyait des décharges électriques !!

    RépondreSupprimer
  9. J'ai vécu un "traumatisme" à cause des vêtements ou plutôt dû à l'absence de ceux-ci. Le tableau : J'ai 10 ans, je suis en CM2 et avec la classe on a des sorties piscine. Je suis la plus grande de l'école et la plus formée aussi. Mais je suis la seule à n'avoir qu'un slip de bain comme maillot. J'ai une photo en plus ! On me voit sur le bord en train d'attendre avant de plonger, j'ai une main sur chacun de mes ptits seins. Ça me rend triste pour la petite/grande fille que j'étais lorsque je tombe dessus. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en fait, on pense qu'on va lire une histoire drôle et on en pleure presque à la fin ...

      Supprimer
  10. Constance Joly-Girardlundi, 24 septembre, 2012

    "En classe de seconde, j'ai échangé mes Stan Smith flambant neuves et bien blanches contre le disque de Led Zep III. Je suis rentrée chez moi en chaussettes mais avec un grand moment de rock n roll dans les bras."

    "J'ai convaincu ma mère de m'offrir à Bloomingdale's (N.Y.) un vêtement qui a fait la joie de mes 14 ans. Il s'agissait d'une sorte de toile de parachute de couleur fiente qui avait la particularité de rendre même les jolies filles boudin. Un must have absolu pour les babs à écharpes mauves dans mon genre. Le deal : je te l'achète, mais tu remontes ta moyenne en maths."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'ai pas de mal à t'imaginer ... quel style ;)

      Supprimer
  11. Comme dans beaucoup de famille qui ne roulent pas sur l'or je récupérais beaucoup de vêtements de cousins plus grands. J'avais le grand bonheur d'avoir des cousins jumeaux que leur mère habitait toujours pareil, donc j'avais les choses en double... et elle adorait les marnières, les pull marins etc... Je ne sais pas combien j'en ai eu ! J'ai mis au moins 15 ans ensuite a pouvoir à nouveau porter un pull marin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. haha j'adore le coup de "tout en double" !! extra !

      Supprimer
  12. Ma maman m'habillait toujours en rouge, elle trouvait que ça m'allait trop bien. Moi je détestais, j'en avais marre d'être en rouge. Une fois adolescente, puis adulte je n'ai plus jamais porté de rouge jusqu'à il y peut-être deux ans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme Prune alors ! (et Sardine c'est l'inverse, elle qui est toujours en rouge, elle)

      Supprimer
    2. Non c'est pas vrai, je l'ai vue une fois avec une robe bleue ;-)

      Supprimer
    3. Oh, ben je vais peut-être me reconnaitre dans PRUNE alors:)

      Supprimer
  13. C'était du temps que les moins de 20ans ne peuvent pas connaître . Les devantures de marchands de chaussures me fascinaient. Je faisais partie de cette génération qui devait porter socquettes jusqu'à ses 15 ans révolus . Alors combien d'heures ai je passée devant ces étales d'escarpins de toutes couleurs .. Jusqu'au jour ou j'ai cassé ma tire lire pour m'offrir toute seule LA paire d'escarpins vernis noirs correspondant à mon budget . Et c'est que le bât blesse ... Une fois rentrée à la maison ces escarpins à mes pieds n'avaient aucune allure . Aucun reproche de mes parents . J'ai compris ce jour la que le goût s'éduque et que le ridicule ne tue personne car il a fallu que je les traîne jusqu'à l'usure....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. qui es-tu anonyme à la superbe histoire de sandales vernies ?

      Supprimer
    2. Sandale ? Mais non ESCARPINS

      Supprimer
    3. qui es-tu anonyme à la superbe histoire d'escarpins vernis ?

      Supprimer
    4. ah maintenant je sais qui tu es, coucou Clairette

      Supprimer
  14. Fred Paronuzzi
    En 4ème, j'ai récupéré le perfecto de mon frangin (de 10 ans mon aîné). L'était pas mal usé, trop petit, mais j'étais fier ! Suis arrivé à l'école, déclenchant l'hilarité. En fait, il était tellement râpé que le cuir, par endroits, avait des reflets verdâtres. Toute la journée, on s'est foutu de mon blouson "en peau de lézard."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et c'est carrément la classe le lézard, non ?

      Supprimer
  15. Héhé chouette le concours :p

    Alala des histoires de fringues j'en ai pas mal...
    Mais sinon pour la petite anecdote :
    Alors que je suis ado (aux alentours de mes 16 ans), un Noël ma mère m'offre une jolie paire de gants verts, avec une fourrure aux niveaux du poignet. Ravie, je touche la fourrure, et suis très surprise de la douceur de celle-ci. Je regarde l'étiquette et HORREUR, c'était de la vraie fourrure de lapin. Sur ce je crie au scandale, et mère penaude qui pensait que c'était du faux. J'ai eu honte de moi, car je les ais longtemps porté... ils étaient tellement doux ! Ils ont fini en jouet pour mon chat, qui s'est fait un plaisir de les dépioter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai oublié de dire que j'avais un lapin en liberté dans ma chambre à cette époque, ce qui était doublement scandaleux pour moi :)

      Supprimer
    2. ah oui en effet, ton chat l'a échappé belle ;-))

      Supprimer
  16. Moi c'est l'affaire du jean ! J'ai dû batailler comme une folle pour porter un jean parce que les jupes plissées bleues marines et socquettes blanches me sortaient par les trous de nez ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui ! c'est vrai que c'était pas une évidence le jean (je me rappelle qu'on avait une prof qui en mettait, forme cow-boy, et ben ça avait fait un sacré bruit c't'affaire ;)

      Supprimer
  17. Récemment, je suis tombée sur une photo chez ma mère, photo prise lors du voyage scolaire en Angleterre, au collège.
    Je portais fièrement un ample jean vert bouteille, avec un pull... rose et gris.
    Je me suis (presque) consolée en voyant que les copains de l'époque n'étaient guère mieux sapés !
    Mais dire que ça devait être à la mode !! Pouah !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dis Ingrid, tu me l'envoies ta photo ?
      (nan, sans dec')

      c'est vrai que TOUT LE MONDE était mal sappé, quand même !!!

      Supprimer
    2. quand je descends chez ma mère, je la récupère ;)

      Supprimer
  18. Hé hé, vous vous rappelez aussi des horribles collants en laine qui boulochent ?
    Et même que quand ta mère te le mettait, t'avais l'impression qu'elle allait te le monter jusque sous les aisselles ! mouhaha

    RépondreSupprimer
  19. J'étais dans un bahut bourgeois d'une petite ville de province friquée (moi pas). Au lycée, c'était le défilé des bombers Chevignon brodés de l'affreux canard dorsal, de ceintures Marie-T et François Gerbos, et autres jeans Liberto affreux. C'était ça, ou les copies achetées au marché. Effet vomitif garanti. Résistance ! Pendant trois ans, j'ai arboré fièrement les vieilles fringues de ma mère dénichées au grenier : jupes plissées (taille 12 ans, du coup ultra-courtes), cols claudines, gilets bavarois, robes improbables. J'avais clairement l'air de rien, ça ne m'a pas empêché d'avoir une poignée de prétendants qui avaient le goût du risque ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. haha "Gerbos", t'es drôle ;)
      Je me souviens qu'on assortissait l'écharpe Benetton et les chaussettes burlington, oui oui !!

      Supprimer
    2. Ah exact, les chaussettes Burlington et les pulls Benetton, toute une époque !!

      Supprimer
  20. eh jolie ta nouvelle bannière ! Ben voui, je ne l'a voit presque plus je suis avec les RSS... C'est pas cool je sais mais bon ^^Pas le temps de laisser des com tout le temps ! Bref place au concours alors ;p


    C'était au collège. Je n'arrivais pas à dire à ma mère que je voulais choisir mes vêtements (ben voui, pas très affirmée la fille ^^) . Je me coltinais un super manteau mi-saison rose fluo avec des petites fleurs à l'intérieur. Et en hiver, un SUPERBE manteau bleu ....avec... des petites fleurs à l'intérieur ^^ J'en pouvais plus !!!! Alors en 3ème (ca aura mis le temps je sais) j'ai dit STOP, on va a la H aux V (on fait pas de pub ^^) et Je choisit mes vêtements !!!! Et là, je sais pas, dans le magasin ca me paraissait bien. J'ai pris un jolie pantalon pat d'ef (j'adoooooorais ça !!) bleu à fleur, un peu irisé (trop moche quoi en fait , mais je trouvais ca si beau, ca brillait ^^) un petit j-haut assortit, ou on voyait mon ventre parce que sinon pas drôle... Et pour aller avec, de magnifique chaussure à talon compensé (genre grosse semelle énorme avec des bosses, enfin bref) et..... ben ya bien fallut que j'y mette pour aller au collège ! Et là, bizarrement je trouvais ca beaucoup moins jolie .... j'avais presque l'air d'une péripatéticienne ^^ J'avais trop honte, je suis rentré, j'ai jamais remis ca de ma vie !!! LOL Je ne sais même pas comment ma maman à pu me laisser aller au collège habillé comme ça !

    Avec ca, si je gagne pas ;D

    RépondreSupprimer
  21. j'étais une petite demoiselle habillée en 'Pomme Framboise' collection 1991. J'adorais tellement mon maillot jaune fluo avec un motif Mickey à visière de golf qu'il a perdu tout son éclat et élasticité à force de le porter sous la robe et de prendre mon bain avec.

    RépondreSupprimer
  22. aiggghhhttt!!


    je crois que ma mère a écris Prune un peu grace à moi car quand j'avais 3 ans je choisissais déjà mes habits toute seule ! ^^ et un jour je lui ai dit:" Moi c'est pas la verte robe que ze veux c'est la rose robe, moi z'ai du style Maman, toi t,'as pas de style." <3

    RépondreSupprimer
  23. J'ai été une traumatisée des sous-pulls quand j'étais gamine. C'était le mode dans les années 80. Pas de bol.
    Comme je suis assez claustro, je panique si ça coince au niveau de la tête. Et le sous-pull, ça coince souvent. Donc je détestais. J'en pleurais parfois.
    Je m'étais donc jurée de ne jamais faire subir ça à mes enfants.
    Sauf que bas de bol pour eux, c'est redevenu à la mode. Je n'ai pas su tenir ma promesse et je leur raconte souvent cette histoire (quand le sous-pull coince par exemple).
    J'en remets aussi. Mais des biens larges à la têtes. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. décidément, Leia, on se voit quand ?
      parce qu'entre nos tocs et la claustrophobie du col trop serré, on aura de quoi parler :))

      Supprimer
  24. 8 ans et un seul objectif : ne pas se faire remarquer. Pull bleu marine, velours bleu foncé car les Jeans c'etait trop clair.... et là c'est l'année de la sortie du premier Superman au cinéma et au marché je tombe nez à nez avec un sweat blanc arborant un magnifique flocage à paillettes dorées de Superman avec des couleurs hyper-flashies.... Quelle fierté à l'école le lendemain, c'est la seule chose voyante que j'ai portée avant 16-17 ans.

    Jérôme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je t'aimais donc déjà, quand t'étais petit

      Supprimer
    2. hhhhhooooooooooo pardon mais je craque pour vous deux là ...

      Supprimer
    3. on en parle demain à la machine à café Gwendou ?

      Supprimer
  25. Fin 70's / débuts 80's. Époque difficile où il fallait choisir entre le clan funk, reggae, hard rock ou punk.
    Aimant tous ces courants musicaux et les dégaines qui allaient avec, je me suis créé mon propre mouvement, appelé "flush" (chasse d'eau en hommage à de vieilles nostalgies punks) dont l'emblème était un mélange entre drapeau Britannique et drapeau Jamaïcain.
    Autant dire un style sans style et arborant fièrement son nombre d'adeptes: 1.
    Vans, converses, Docs, mocassins et incontournables Burlingtons, vestes, pulls et chemises aux couleurs vives et tranchées (vert anglais sur rose fraise, si si j'ai osé), tout était bon pour dire zut aux codes de l'époque mais avec un rien de distinction, selon mes critères... de l'époque.

    Etienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etienne, je te dois mon premier éclat de rire du matin, et ça, c'est sacré (comme le premier café).
      J'ai une tendresse particulière pour ta tribu comptant un membre.

      Merci de ton passage !

      Supprimer
    2. Grand honneur, je ne vis que pour le rire et le meilleur :)

      Supprimer
  26. Ouf! Je suis trop soulagée, les photos de classe de primaire n'ont pas réussi à capturer ce détail immonde de mon accoutrement typique de mes années hivernales d'enfance: LA CAGOULE!!!

    Au cours des périodes de grand froid dans la banquise parisienne, juste avant de partir à l'école, ma mère nous criait toujours sa dernière consigne à mon frère et moi: "Mettez votre cagoule!!!". Mon frère avait une cagoule bleue, moi une cagoule rouge. C'était donc "ChapiChapo vont à l'école" version cagoule. Pour ceux d'entre vous qui ont eu la chance de porter des bonnets plutôt que des cagoules, permettez-moi de vous expliquer : une cagoule est l'équivalent d'un sous-pull électrique qui gratte, sauf qu'elle entoure la tête et y reste. Ça démange, c'est moche, t'entends rien, ça serre, et si en plus tu as la chance d'avoir une grosse tignasse bouclée, tu finis comme moi avec un visage entouré d'une grosse boule rouge informe.

    Donc dès que nous avions passé le coin de la rue, mon frère et moi enlevions notre cagoule. Et je passais le reste du trajet à essayer de redonner un semblant de style à mes bouclettes électriques avant l'arrivée fatidique dans la cour de récré. Sans succès.

    Depuis ce jour, quand ma maman nous donne des conseils de maman (en oubliant que nous avons 40 ans...ça arrive parfois), mon frérot et moi appelons cela "un métacagoule" et ça nous fait rire, parce qu'on doit toujours avoir 10 ans en fait dans notre tête sans cagoule.
    Ça fait rire aussi ma maman. Il y a prescription.

    Isabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Isabelle,

      Je te dois mon deuxième éclat de rire du matin ("une cagoule est l'équivalent d'un sous-pull électrique qui gratte, sauf qu'elle entoure la tête et y reste."), et aussi juste après, les larmes aux yeux. C'est émouvant que 40 ans après, les rires l'emportent ! (mais on sent un traumatisme réel, hein !!)
      bises american girl

      Supprimer
    2. Ravie de d'avoir fait rire ! Et merci d'avoir organisé ce concours, l'écriture m'a aidée à surmonter ce traumatisme, que je n'avais jamais osé partager jusqu'à présent.
      Et j'aime ton titre, "La théorie de la cagoule"!

      Bisous!

      Supprimer
  27. C'était le temps des "pattes d'éph..."
    et des mobylettes Motobécane.
    j'avais 15 ans, un soir après les cours - j'avais dû traîner, il n'y avait personne dans le parc où l'on rangeait les 2 roues, sauf ma meilleur copine -. Je démarre ma "mob" en pédalant, oui c'était comme ça à l'époque, et là catastrophe mon bas de pantalon se prend dans le plateau. Je suis littéralement coincée. Ma copine rigole, énormément !!
    Que faire? Je n'ai pas de ciseaux sans doute, ou pas l'idée de couper ce maudit "patte d'éph" ou alors peur de la réaction de ma mère si je rentre avec une demie-jambe de pantalon!!
    enfin c'est l'angoisse.
    Un professeur attardé passe par là. Il a une idée pour me dépêtrer de cette situation ridicule. Il me passe son imper, pour je puisse laisser là mon pantalon et me ramène chez moi en voiture. Dommage il n'était pas professeur de technologie...
    Le lendemain matin ma mob et mon pantalon était toujours sur place et j'entendais les élèves qui passaient dire " mais comment elle est rentrée la fille ?"
    Je crois que j'ai récupéré mon pantalon intact - après passage chez le réparateur -, j'ai gardé ma copine et je n'ai jamais revu ce professeur.
    Quand je pense que 2 ans auparavant c'était encore la mode des fuseaux. Que je trouvais vraiment très moche !!!

    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime beaucoup l'esprit du prof, gentil mais un poil tordu quand même ! haha

      Supprimer
  28. Moi je suis un adepte et un chaud partisan du no-style...
    Ado, j'étais toujours en vieux survet informe au grand désespoir de ma mère.
    Du coup...

    RépondreSupprimer
  29. Photo du nouvel an 1982 (Par mail je fais suivre la photo) Un soir un peu arrosé si j’en juge au regard un peu moins, euh…un peu plus, …enfin où il manque l’étincelle à laquelle je suis plus souvent habituée dans le regard de ma mère. Je porte une robe d’été. Ce n’est pas seulement pour la fête, oui nous sommes déguisés avec des antennes, qui bougent au moindre hochement de tête, mais ma tenue est très sérieuse. En effet cette robe je voulais la porter toute l’année, et c’était pour ma maman un peu difficile les matins d’hiver de cette période. Je ne comprenais rien apparemment à la mode et ses saisons. Pfou il m’importait peu de porter mes robes d’été avec collants, sous pull, moon boots et bonnet… aujourd’hui j’essaye de m’imaginer avec cette même obstination à vouloir porter la petite robe imprimé fleuri de cet été, des grosses boots et gros collants, grosse écharpe, gros bonnet tricoté… Euh mais c’est pas le style un peu folk ??? J’vous quitte il faut que j’appelle maman pour lui dire qu’elle ne m’a jamais compris, j’étais trop en avance c’est tout!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la photo est très émouvante, je mettrai les photos au moment du tirage au sort, si j'en ai d'autres !
      merci D.Balla ;)

      Supprimer
    2. Séverine tu peux avoir aussi la photo du kilt rouge chez Qui tu sais...

      Supprimer
  30. Ben moi, je me rappelle que pour avoir l'écharpe dont je rêvais, je l'avais volée ... et je ne savais pas comment la mettre sans que mes parents me demandent comment je l'avais eue. Du coup, je ne l'ai jamais sortie de sa cachette, et voilà. Je n'ai plus jamais rien volé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. haha bien fait Tite Béoué, je crois savoir qui tu es ! :))
      On était pas ensemble cette fois-là ?

      Supprimer
    2. comment t'as deviné ma vieille ?
      toi t'avais pris des cartes "Flash Danse", plus facile à planquer, hé

      Supprimer
    3. Ah ben j'apprends des choses Séverine! ;P Et miss Tite béoué, je trouve ça très touchant cette écharpe cachée à tout jamais ^^
      (Séverine, super idée, je me régale de tous ces souvenirs, beaucoup me font sourire, rire ou me touchent!)

      Supprimer
    4. pas de quoi Sabbio !
      j'adore ces petits concours !!

      Supprimer
  31. Moi, avec mes parents c'était gratiné, pas mon mot à dire sur mes vêtements (ou si peu) :
    -du coup en primaire j'ai dû essuyer le goût immodéré de mon père pour le style anglais : petit cardigan vert bouteille, pantalon à carreaux, chaussures vernies et bérets vert ou noir, hum tout cela pour aller à l'école :( (je sais que j'ai une photo, si je la retrouve je te l'envoie, ce n'est pas que c'était laid mais pas DU TOUT adapté à mon quartier, mon école, ni ce que je voulais!)
    Mais l'histoire ne s'arrête pas là, oh ben non, c'eût été trop facile car au moins c'était beau alors qu'au collège o_o
    Je me souviens encore qu'en 6e j'avais une AFFREEUUUUUSE jupe-culotte (mais quelle invention à la c*%!!!) couleur moutarde-caca d'oie, je me souviens de mon sentiment de honte en la portant
    Puis ont suivi les pulls affreux et autres habits moches, déprimants jusqu'à l'épisode du jean de la Poste. Ça c'était en 2nde! La goutte d'eau : mon père ramenant fièrement de son travail les jeans qu'on leur avait distribués/offerts/refourgués que sais-je. Informe, pas à la taille d'une adolescente en plus très menue, et sur les boutons écrits en gros "LA POSTE" avec leur foutu symbole. Bien évidemment une peste habillée dans les boutiques du centre-ville grenoblois n'a pas manqué d'enfoncé le clou et d'exacerber le dégoût de son pantalon en me disant, dans le tram, "Ah sur ton jean c'est écrit la Poste". J'ai bafouillé. Puis me suis tue!
    (le genre de situation pour lesquelles j'aimerais remonter le temps et me souffler mes réparties de maintenant, non mais!)

    Épilogue : peu de temps après j'éjectais tous les pantalons, commençais, avec le peu de sous de poche dont je disposais (plus quelques baby-sitting et l'argent des mamies pour les anni), à acheter de belles jupes élégantes et simples, de petits hauts délicats et simples là encore et petits à petits à pouvoir plus ou moins me sentir à mon aise dans mes vêtements... ouf!

    [je te dois combien pour la petite séance Séverine? ;P]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça fera 340 eur

      j'aime ton histoire, ce jean de la poste, c'est fou. Je te comprends quand tu dis que tu voudrais retourner dans ce bus et trouver la répartie qui calme tout le monde !! Je veux bien venir avec toi !

      Supprimer
    2. Un jean de La Poste ??? Mais j'en veux un, moi !!! J'ai déjà un beau sac de facteur, ça compléterait mon style (puisqu'on en parle) quand j'anime des ateliers d'art postal !! ;-)

      Supprimer
    3. Merci Séverine de comprendre ^^"
      Véronique je t'assure que tu n'en aurais pas voulu : coupe informe - en fait pas de coupe - trop large, tenant grâce à une ceinture et couleur bleu inspide :/

      Supprimer
    4. Et je te fais un petit mandat 80s pour la séance ^^

      Supprimer
  32. A 16 ans, avec mes potes, on portait des bonnets (ça devait faire grave fuir les filles, mais on se trouvait cool). Et on aimait bien les trucs un peu kitchs. Le mien était à rayures bleu marine, rouges et blanches. Mais surtout, et c'était ça le plus cool, c'est qu'il était de très grande taille ! Du coup, je le portais à ma façon : par dessus mon casque de mobylette...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu crois qu'avec mon bonnet de ski (celui de la photo), j'aurais pu faire partie de la bande ?

      Supprimer
    2. Sans aucun doute ! Enfin... tu as une mobylette ?

      Supprimer
    3. Tu aurais été la star de la bande.

      Supprimer
    4. Hi hi, j'adore ^^ Je vois bien Séverine en star de la bande! Olivier, on peut avoir une photo de ce staïle tout personnel? ;P

      Supprimer
  33. bon alors je me lance, je suis traumatisée à vie par les collants en laine à cause de ma mère.
    elle courrait tellement partout pour le boulot, pour nous...
    qu'elle a oublié de me mettre une culotte sous ce satané collant en laine.( une torture) j'étais en grande section de maternelle. au secoursssssssssssssssssssssssssss, heureusement la maitresse avait du change.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hahaha, c'est à la fois drôle et juste horrible Manju !!

      Supprimer
  34. Bon bon ... la voilà mon histoire. Quand j'étais petite ou plus jeune du moins, je hurlais à la mort quand il fallait faire des vaccins. Souvent, le médecin m'auscultait avant du coup je me retrouvais en petite culotte / soutif pendant la fameuse piqûre ! Ma maman et ma soeur avaient le don de se moquer de moi bien comme il faut quand venait le moment du pic pic si bien qu'une fois pour leur donner une vraie raison de rire, j'ai mis un soutif orange DDE et une culotte bleue turquoise flashy ce qui a fait rire le médecin et ma soeur et ma maman avaient surtout vraiment très très honte. Elles ne m'ont plus jamais embêtée na !

    RépondreSupprimer
  35. Alors, en fait, c'est plutôt moi qui ai traumatisé mes parents... je crois !
    De la 4ème à la 1ère, j'ai été punk. Bon, selon les années, il y a eu de subtiles nuances - dans le nombre de bracelets cloutés, la noirceur du maquillage, la hauteur des cheveux crêpés, tout ça...
    Mais surtout, c'est la manière dont j'ai osé imposer ça qui m'étonne encore aujourd'hui - parce que j'étais une fille plutôt sage, en fait ! Donc, voilà comment j'ai fait (avis aux amateurs) : le jour du Carnaval de mon année de 4ème, avec ma meilleure cop', on s'est déguisée en punks. Et le lendemain aussi... et le jour suivant également...
    Et le pire, c'est que mes parents étaient profs et que j'avais ma mère en cours quelque chose comme 7 heures par semaine ! Donc, elle ne pouvait pas faire autrement que de me voir quasi toute la journée habillée comme ça...
    Ah ? C'est lié, vous croyez ??? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non c'est dingue ton histoire !
      Tu pourrais en faire un livre, non ? Tu es sûre que tu n'as pas de photo Véro ??

      (ma Prune va te plaire je pense, c'est dans ce genre !)

      Supprimer
    2. Hé hé... tu penses, j'en ai pleins, des photos !
      Mais de là à les montrer ! ^^

      Supprimer
    3. Véronique, je n'aurais JAMAIS soupçonné tout cela, dingue ton histoire! ^^ Et je veux des photos, par mail si tu veux, voui voui ;)
      Le coup du carnaval, trop fort!

      Supprimer
    4. Hé hé... si vous êtes très très sages... on verra ! ;-)

      Supprimer
  36. Au lycée, je mettais surtout des fripes récupérées dans un vieux troc-bazar ou dans une boutique qui vendait les vêtements au poids. J'avais donc en vrac des pantalons de clown, des gilets dignes des Deschiens et j'étais très fière d'un châle en laine qui gratte de couleur framboise. Oui, je l'aimais ce châle. En plus, une super copine avait un châle assez proche jaune, on faisait donc la paire. Bref, j'étais très contente de mon style récup' mais pas trop jusqu'au jour où, alors que nous étions confortablement installées par terre près d'une vitrine de magasin, deux nanas plus âgées avec un look de clochardes nous accostent en disant : "oh, mais que voilà ! Des gens comme nous ! Des... nases. Bon... Ca m'a fait drôle quand même. Depuis, j'ai appris à mixer un peu mes tenues...

    RépondreSupprimer
  37. Bon, une histoire pas super intéressante...
    A 14 ans, j'ai été traumatisée par le "non au jean" !!!
    Ouais, pas le droit d'avoir mon 501 comme tout le monde...
    Me suis donc tapé la honte avec un jean de supermarché...
    Ben, quand on est première de la classe, parisienne et que l'on se retrouve dans un collège privé de "jeune filles" dans le sud de la France, c'est pas facile la vie... heureusement, mon insolence envers les profs a sauvé ma peau ! :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah si, je compatis ... mais bon, même en jean de supermarché, tu devais avoir la classe !

      Supprimer
  38. Huuum, quand j'étais petite j'avais des goûts "spéciaux" en matière d'habillement, et j'étais super chiante, j'ai même failli finir écrasée sous ma commode parce que j'avais escaladé les tiroirs pour chercher un truc tout en haut et que le tout a basculé ... j'avais ptet, allez 4, 5 ans ! ma maman m'aillant récupérée sous la commode, je lui ai dit d'un ton de défi : "mais j'la t'nait c'te commode" ... hum.... valavala ...
    Tout ça pour porter des jupes par dessus des caleçon (longs) à fleur d'un gôut douteux, et des collants roses fushia .... je dois avoir une photo de classe où j'avais mis le paquet, du serre-tête jusqu'au ballerines pourries.... un grand moment ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. envoie-moi ça Mathilde !
      et vive le rose fuschia !

      Supprimer
    2. Je suis vraiment MORTE DE RIRE (mon homme aussi, je lui ai relu à l'instant), la gamine acharnée, j'adore... Un petit côté Willa qui me plaît beaucoup!

      Supprimer
    3. Et encore, j'ai pas parlé des jupes "kitourne", et des maillots de bain à froufrou ET avec un "petinoeuderrière" ...

      Supprimer

  39. Ah, quelles étaient jolies, ces petites chaussures!
    Leur peau étaient en daim, leur couleur était ''mordorée'' avait dit la vendeuse, de nombreux mini-trous en ornaient le dessus et pour parfaire le tout, semelles et ''talonnettes'' en cuir claquaient avec brio sur le parquet ciré du magasin.... super chic!
    ''Mademoiselle que choissez-vous? Celles-ci (marron et semelles crêpe, horribles) ou celles en daim?
    ''Tu es bien à l'aise, elles ne doivent pas te serrer'' ajoute Maman.
    Elles serrent, mais JE CHOISIS celles en daim "mordoré"...
    La côte est longue, très longue pour atteindre le lieu de la cérémonie, et plus je marche, plus la douleur augmente... enfin je peux m'asseoir, ravaler mes larmes et admirer mes chaussures...
    De chaque mini-trou perle une goutte de sang!
    J'avais à peine dix ans , c'était il y a bien longtemps et j'hésite toujours à acheter des chaussures en daim ''mordoré''.
    C'était ''du côté de chez PSY''.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère Fazou, merci pour ta participation !
      c'est beau ...
      avec ta soeur, vous faites donc la paire ....
      bises

      Supprimer
  40. Pas besoin de réfléchir, pour moi c'est THE manteau !
    Hum hum.
    Pour la rentrée en 6ème, là où justement t'as envie de passer inaperçu au milieu de tous ces "grands", ma mère avait rien trouvé de mieux que de m'acheter un manteau un peu grand, genre manteau de ski, en disant : "tiens bah comme ça te fera plusieurs saisons et puis tu l'auras pour la classe de neige aussi !". Déjà, ça calme, mais ce n'est pas le pire (hélas)... Le pire, c'était la couleur : fluo rose, jaune et vert :'(
    Pendant un an, il m'a valu le super surnom de "FLUO" dans tout le collège !!!
    Et PAF !

    Merci Séverine pour le concours ;)
    Je suis VERTE (fluo) de ne pas avoir pu venir te voir samedi dernier. En espérant qu'il y ai d'autres occaz...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un complot des mamans !!
      Je crois que c'est ça !

      et pour samedi, tant pis, on aura d'autres occasions, oui !!

      Supprimer
  41. Moi, le style, je l'avais dans la peau. Comme je passais toutes, absolument toutes mes vacances aux sports d'hiver, je rentrais à la ville avec la touche "hibou", bronzée partout sauf autour des yeux, les gens se retournaient sur moi tellement c'était impressionnant et des fois, je mettais carrément du fond de teint (j'étais vraiment très bronzée). Moi, la touche hibou, je ne trouvais pas ça chouette... hm,hm...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. trop trop drôle
      quelle chance de bronzer comme ça par contre ;)

      Supprimer
  42. J'avais un imperméable... transparent.
    J'avais l'impression d'être toute nue puisqu'on voyait à travers. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ! Sophie c'est court mais très bon ! Pauvre petite mère !

      Supprimer
  43. Ma mère et ma grand mère étaient rivales jusqu'au look que chacune avait décrété qu'il serait le mien.
    Selon le jour de la semaine je passais sans transition d'un look contemporain de l'époque (jean, sweat NafNaf, Clarks ou Converses) à un style comtesse de Ségur, ( col rond, chaussures anglaises) .
    C'est étonnant, je crois n'avoir jamais ouvertement râlé... et avec du recul ça me fait marrer.

    Celia C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et maintenant es-tu pile entre ces deux looks ?

      Supprimer
  44. Patosh

    J'ai une photo de classe maternelle... Ou je suis en salopette rouge avec des bottes en plastique bleu et ma copine en salopette bleue avec des bottes en plastique rouge.... À croire que nos mères avaient fait exprès...
    Ce qui me rassure, c'est que l'instit avait une robe......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est génial Patosh !
      (ah ces instits hein ^^)

      Supprimer
  45. Horrible, sans forme, très fleurie...... Et oui, la mode!!!!!

    RépondreSupprimer
  46. shoes trois pointures au-dessus pour pas que le bout touche mes doigts de pied (mes préférées : des shoes de neige flashy et immenses que je mettais aussi l'été)
    - vieux blouson de marin de mon père
    - jean hypra large (mais ça c'était la mode)

    alors tu m'aimes aussi à 13 ans ?

    (pardon pour mon indécision du matin)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouais, je te kiffe. Pis t'as pas changé. T'as toujours des chaussures flashy rouges, un pantalon large et un petit blouson.
      Du style à 13 ans, du style toujours, quoi ^^

      merci Est'

      Supprimer
    2. Hum hum Estelle a été sobre là voire timide^^ :) Me marre rien que d'y penser:)

      Supprimer
    3. haha Amélie, tu veux qu'on en parle ? Bon et toi alors ?

      Supprimer
    4. Oh punaise oui :))
      De mon point de vue pas de pb de look par contre du point de vue de ma mère c'est autre chose ;)
      Enfin je parle pas des vacances.

      Supprimer
  47. je t'ai mis ça sur fb je n'arrive pas à poster un dessin (mais ça doit être normal...) friquette

    RépondreSupprimer
  48. C'est juste génial de lire toutes ces anecdotes, je me suis régalée !
    Voilà ma petite contribution :) Petite, vers 6 ans, ma mère a eu la graande idée pour ma rentrée en CP de me couper les cheveux… au bol ! Et vu mon prénom (Raphaëlle), je n'ai pas arrêté d'entendre mes nouveaux petits camarades me demander : "Mais t'es une fille ou un garçon ?" Ajouté à ça ma tenue fétiche de l'époque, une salopette avec des baskets blanches… J'en ai longtemps voulu à ma mère...
    Jusqu'à ce que mes cheveux repoussent, c'était toujours salopette/basket, mais avec des couettes !

    RépondreSupprimer
  49. souvenirs... Nous aussi on nous passait les habits. Mais c'était extra, ils venaient des USA ou de la GB ou Belgique donc on était toujours très différents... Je me souviens du pire : un jogging 50 fois trop grand... je l'avais roulé plusieurs fois à la taille...
    Alors imaginez ma joie quand ma grany m'achète un manteau style princesse, bien coupé, j'avais 10 ans... Elle avait hésité entre le vert pomme et le jaune moutarde.J'étais si fière... et ma mère de me dire
    - Mais pourquoi cette couleur? Elle ne te va vraiment pas !
    Gloups... envolé le bonheur...
    C'est vrai que j'avais le teint et les cheveux de la nordique que j'étais... ;-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et alors tu avais eu quoi ? vert pomme ou jaune moutarde ?

      Supprimer
    2. a ton avis? C'est quoi le pire pour une fille aux cheveux jaunes et au teint clair...:-) Un manteau moutarde de super bonne qualité qui a tenu plusieurs années... (acheté bien grand !)

      Supprimer
  50. Bon, je n'en reviens pas du succès de ce concours !
    génial en effet de vous lire tous !
    c'est coloré, très marrant, émouvant ... j'aime !
    MERCI

    RépondreSupprimer
  51. Je ne me souviens pas de beaucoup d'histoires de style ou de fringues, seulement une petite anecdote...
    J'étais un petit garçon de 6 ou 7 ans, et je portais un superbe t-shirt jaune. Sur le devant, était dessiné un kangourou avec des gants de boxe, et un texte en anglais autour (tu visualises bien ? important pour la suite de l'histoire).
    J'allais jouer en bas de l'immeuble avec les autres enfants de la résidence, et bien sûr on jouait... à la maîtresse d'école!
    Une des filles était invariablement la maîtresse (pourquoi toujours la même, je ne sais pas, y'a des destins prédestinés comme ça !) et moi, le jour du fameux t-shirt, j'avais décidé que j'étais le prof d'anglais, et tout le monde devait répéter la phrase écrite sur mon t-shirt, que je prononçais à ma manière:
    « ON TE RINGUE « 

    Jean-Luc

    P.S. depuis j'ai appris à parler anglais!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ahhhhhhhhhhhhh ! hahaha !
      On te ringue !

      je suis fan.

      Supprimer
  52. Allez, je me lance aussi, un souvenir de quand j'étais toute petite : c'étaient toujours les fringues pas chers du supermarché et les vêtements trop petits pour ma grande sœur que je récupérais. Les robes roses, les vieux pulls qui peluchent, les pantalons en velours côtelés... Mon père qui voyageait et ne nous voyait pas souvent nous rapportait toujours des habits à ma sœur et moi. On se précipitait sur les valises pour découvrir les nouveaux vêtements. Une fois, il m'a ramené une jolie petite robe noire : pour moi, elle était magnifique, simple, pas comme les autres robes roses à fleurs que j'avais. Pourtant, je n'ai jamais pu la porter. Depuis la dernière fois que j'avais vu mon père, j'avais beaucoup grandi, et la robe était déjà trop petite.

    RépondreSupprimer
  53. Ohhh Sandrine je t'imagine ... Toute déçue ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est pas comme si j'étais grande maintenant hein ! c'est peut-être pour ça que j'ai arrêté ma croissance tôt ;-)

      Supprimer
  54. Well my clothing story is about an outfit my aunt bought me as a christmas present. I loved it back in the day! It made me look like I was going to the 70's disco. It was an electric blue top with matching electric blue pants. The top was slightly off the shoulders with a ruffly top, also with mathcing ruffled long sleeves. Now on to the pants which were not only the exact same electric blue, but had comic book looking ladies striking modelling poses printed all over them. Oh, and I also had all matching accessories, all the way from the clips in my hair to the shoes on my feet. Now looking back ,ten years later, I look at the pictures from my day back from christmas vacation, and ask myself "RAYNE! Why would you ever wear that?".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rayne !!! (ma belle-fille américaine pour ceux qui ne suivent pas ^^)
      Thanks !
      I like your story and ... I want to see the picture !!!

      Supprimer
  55. Alors.... de tout petit j'ai toujours eu une passion pour les chaussures ! Pas question de mettre des sandales "moches" ou des baskets quelconques... Arrivé au collège (1979) c'était la mode des mocassins "Collège" et je me rappelle avoir fait "des pieds et des mains" à ma mère pour qu'elle m'en achète une paire. Le prix était assez élevé (de souvenirs)surtout à cet âge ou le pied grandit rapidementet pour une famille aux revenus modestes... J'ai du être très persuasif car maman a fini par céder !!!
    PS : J'ai toujours cette passion pour les chaussures...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Thierry !

      le vote a déjà eu lieu, tant pis ! (mais tu vas les recevoir qd même sans doute :)

      Par contre "faire des pieds et des mains" pour avoir une paire de chaussures, c'est pas mal !!

      Supprimer
    2. le tirage au sort, pas le vote !!

      Supprimer
  56. Extra, ce concours ! Je suis en retard mais tant pis...Mes traumatismes à moi :
    en CP, quand mon père m'avait mis les collants de ma mère (je me demande encore comment ce genre de truc à pu arriver)
    plus tard, quand ma mère m'obligeait à porter un bermuda en velours avec les chaussettes jacquart bien remontées...Dès que j'étais hors de sa vue, je les roulais sur mes chevilles
    Encore plus tard, genre 16 ans.... un classique : le derrière dela jupe coincée dans les collants au sortir des toilettes..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. haha, le concours qui est fini mais qui continue : j'aime !!
      coucou Lison, je suis particulièrement fan de ton père, là, j'avoue !!!

      Supprimer
  57. Sandrine Hidalgo-Vidallundi, 01 octobre, 2012

    chemise col claudine + pull bleu vert+ short gris une panoplie qui me rassurait pour la rentrée de 2nde et puis.... le voyage jusqu au lycée avec la mère d une copine dans un van volswagen orange et plusieurs lycéens comme moi fraichement sortis de l enfance... et. AUSSI la fille qui redoublait sa 2nde habillée en jean veste en jean et sac US.!!!! Vous visualisez? Imaginez. mon état d esprit. et. le nombre incalculable de questions qui se bousculaient dans ma tête: elles sont toutes comme ça au lycée ou c'est une exception? Mais pourquoii. je me suis habillée comme ça!!!! J ai compris demain ce sera le jean... ;-)

    RépondreSupprimer