vendredi 6 janvier 2012

J'aime ça parce qu'on voit ce qu'on EST...

Hier, j'étais dans la classe de Marlène Etre, à l'école des Petits Prés (Elancourt), pour la quatrième séance de notre classe à PAC, "Et si on parlait un peu de moi ?".


Les GS planchent toute l'année sur l'auto-portrait. Photo, peinture, vocabulaire et plein d'autres choses avec leur super-maîtresse, écriture avec moi. 
J'écris ce qu'ils me dictent,  à la fin de l'année on créera un petit livre numérique et on organisera une expo à la médiathèque du quartier. 


Hier, en s'observant dans un miroir que j'avais apporté, ils ont se sont décrits. 


Voilà ce qu'a dit Denze :



"Mes mains sont blanches, enfin pas aujourd'hui parce qu'elles me servent aussi à toucher, à écrire et à peindre !"





Voilà ce que dit Idriss :



"J'ai pas un gros nez, j'ai pas une grosse tête,
j'ai pas de grosses oreilles.
J'ai pas de gros yeux jaunes,
mais des yeux marron.
Mes cheveux ne sont pas en pétard,
je n'ai pas de grosses lèvres, elles sont rose foncé, comme ma langue !
Quand je souris, on voit mes dents blanches et mes chaussettes, ah non ! Mes fossettes !
Mon pull est gris et blanc, avec des rayures grises et bleues."





Voilà ce que dit Romane :



"Ma bouche est fermée, normale, rose.
Mon nez est petit avec du feutre noir dessus.
Il est rigolo, mon nez !"


Voilà (une petite partie) de tout ce que dit Ambre :

"Ton miroir est super.
On peut se voir, et moi, j'adore me voir. J'aime ça parce qu'on voit tout ce qu'on EST.

Si je fais une grimace, en tenant mes yeux vers le bas, on voit du rouge parce que dans les yeux aussi il y a du sang."  



Voilà ce qu'a dit Lilou :

"Mon nez est couleur peau, avec un grain de beauté dessus."



Voilà ce que dit Mouloud :

"Séverine, t'es debout ? Tu veux une chaise ? Je vais t'en chercher une tout de suite !"


C'est plutôt des mômes craquants, non ?

A jeudi prochain, les petits !



14 commentaires:

  1. Ooooh purée, merci!
    Je fonds dès le matin...
    Ah ces gosses, quelles merveilles!

    RépondreSupprimer
  2. maternelle! eh ben dis donc on a du souci à se faire quand ils arriveront sur le marché du livre en 2030, on va se faire chourer tous nos lecteurs.... ;)

    RépondreSupprimer
  3. Génial ! Qu'est-ce que j'aimerai voir le monde comme eux quand même ! :) Merci d'avoir partagé ^^

    RépondreSupprimer
  4. Attention Séverine , tu vas regretter l'école ;-))))

    RépondreSupprimer
  5. J'adore... merci pour cette fraîcheur-sagesse!

    RépondreSupprimer
  6. Les enfants sont des êtres exceptionnels!

    RépondreSupprimer
  7. Ils parlent vachement bien pour des GS ou je ne me rends pas compte ?
    Tu connais le documentaire Dessine-toi ?
    J'ai vu des morceaux ça a l'air passionnant. Le réalisateur a demandé à des enfants de se dessiner tels qu'ils se voyaient, partout dans le monde. C'est super intéressant de voir l'image que les enfants ont d'eux et évidemment ça n'est pas la même si les enfants sont dans un pays riche ou pauvre, en guerre ou pas etc.

    RépondreSupprimer
  8. merci pour eux !
    Gabriel, c'est la quatrième séance, beaucoup de boulot sur le vocabulaire du portrait en amont, une enseignante TRES TRES motivante, avec une idée à la seconde pour leur donner envie de dire, de lire, d"écrire, d'observer une photo ou une peinture. J'ai juste ajouter une négation de temps en temps, sinon, c'est écrit sous leur dictée, pile poil. Une petit question de relance quand ils bloquent.
    Une année, j'avais des CE2, un auteur était intervenu dans ma classe pour faire écrire des haïku. En une matinée, on avait eu de telles merveilles de simplicité que l'auteur (que j'ai recroisé récemment lors d'un salon, et qui se souvenait précisémment de leurs mots !) les a utilisées dans un recueil (en citant les enfants bien sûr) paru cette année.
    Leur faire confiance, et écouter leurs secrets.

    Cette année-là, on avait fait aussi un spectacle de théâtre/conte. L'auteur était intervenu après la représentation. Il avait eu un beau rôle alors que c'était un élève en grande difficulté.
    Voilà le haïku qu'il avait écrit, spontanément :

    "A la fin du spectacle,
    Trois cents mains applaudissent

    J'entends celles de ma mère."


    Dix ans après, l'auteur savait le dire de tête, en me disant le nom de cet enfant. Mimoun. `


    bises,
    vive les enfants

    RépondreSupprimer
  9. j'adore celui qui cite tout ce qu'il n'est PAS ...

    RépondreSupprimer
  10. Purée, re-larmichette avec le haïku de Mimoun...
    Pfffff, on prend sa dose d'émotion ici!

    RépondreSupprimer
  11. la vache, super émouvant tout ça.
    Et une mention spéciale du jury à Mouloud et sa chaise :-)

    RépondreSupprimer